Petit Poussinou est un petit bonhomme tout mignon. Son seul problème ? C’est un invraisemblable connard. Attention, BD hautement cruelle, radioactive et hilarante.

Ça arrive que Tchoupi et Petit Ours Brun fassent une ou deux bêtises à l’occasion. Mais ils restent malgré tout d’horripilants boyscouts, niaiseux et vaguement braillards. L’auteur Capucine Lewalle et le dessinateur Benoit Drigny ont allié leur force pour créer un personnage d’apparence aussi inoffensive que les deux précedemment cités mais qui, dans le fond de ses grands yeux, a plus de vice que le dealer de ma rue. Leur anti-héros ? Il s’appelle Petit Poussinou. Et c’est vraiment une purge ce chiard. Désolé pour le langage.

Dans ce premier tome intitulé « Petit Poussinou nous les brise », le petit démon plante le décor : « vous me reconnaissez ? Mais si ! Je suis celui qui chiale sa race au supermarché, celui qui vient vous réveiller quand vous faites une grasse matinée, celui qui mange ses crottes de nez devant les invités, celui qui a la varicelle quand vous avez une réunion professionnelle. Alors, je vous rappelle quelqu’un ? Oui, c’est moi, votre petite progéniture, votre petit chenapan, le petit relou qui fait chier ses parents ! ». Dans ces histoires absolument pas pour les enfants, on y apprend que PP (pour les intimes) écout que dalle, pourrit les chiottes, noie son petit chat et ne peut pas saquer sa sœur.

Quelques extraits ? Suffit de demander.

PPBacAsable1
PPNoieSonChat1
Lorsque l’on a été biberonné à MTV dans les années 90, impossible de ne pas faire le parallèle avec la fameuse (et atrocement trash) série animée Happy Tree Friends. Interdit aux moins de douze ans, Petit Poussinou fera beaucoup de bien aux parents de sales gosses et peut s’avérer être un contraceptif incroyablement efficace pour celles et ceux qui hésitent encore.

On plaisante. Evidemment. Tous les enfants ne sont pas Petit Poussinou.

Pas tous.

Petit Poussinou nous les brise aux Editions Chiflet : oh oui, j’achète immédiatement.

Commentaires

messages