Papa est le parrain de la première édition du plus interlope des festivals autour de la parentalité. Il se déroulera le dimanche 3 juin a MOB Hotel de Lyon. On est pas peu fier. Mais pourquoi justement ?

Mine de rien, être parent, ça demande du temps (beaucoup), de l’énergie (beaucoup), de l’engagement (beaucoup) et de la débrouille (beaucoup). Avec les regards inquisiteurs de celles/ceux qui font – toujours – mieux que vous, le corps médical et son jargon parfois imbitable, les fascinants commentaires produit sur internet, difficile de démêler cet inépuisable merdier. Un tout nouveau festival made in Lyon compte bien dédramatiser le toutim. Chanmé me direz-vous. Le meilleur reste à venir.

 

les enfants terribles lyon

 

Nom de code ? Les Enfants Terribles. Sa date ? Le dimanche 3 juin (jour de l’anniversaire de Papa, pense à prendre du liquide). L’endroit ? Le MOB Hotel (tu connais, tu m’y laisses tes enfants le dimanche). Organisé par les copines de L comme Lyonnais (j’ai fait des bavoirs avec elles) et en collaboration avec Les Mamans Poules (le café-poussette intelligent, lyonnais et 3.0) et le Petit Bulletin l’hebdo culturel lyonnais, Les Enfants Terribles débutent à 10 heures à grands renforts d’ateliers vraiment cools : portage, langage des signes, réflexologie plantaire, massage, illustration etc… (10 euros la séance). Il y aura également des conférences avec des spécialistes qui viendront causer homosexualité et parentalité, psychologie de l’enfance, écrans, nutrition, éveil musical, yoga, fabrication d’explosif artisanal (évidemment non), premier secours etc… L’entrée à chaque conf’ coûte 2,5 euros. En parallèle de toutes ces causeries, un chic vide-dressing pour rhabiller les mouflets de la tête aux pieds et une ferme pédagogique où les enfants pourront voir à quoi ça ressemble des animaux (pour les plus urbains d’entre eux).

Le Papa de Monsieur Simon (donc moi) est le parrain de cette première et archi-prometteuse édition. La fierté est totale. Les Enfants Terribles m’ont donc donné carte blanche pour te faire marrer la famille. Donc, rien de tel qu’une bonne vieille boum. Ayant été DJ par le passé, il y a fort à parier que les fessiers (avec ou sans couche) vont secouer. Au menu : techno récréative, rap bon enfant, funk cour de récré – ainsi que quelques surprises chorégraphiées mais chut. Du tout bon pour les oreilles chastes de ta progéniture et les tiennes, parents.

Ah oui, à la moindre DJ request qui commence par « tu peux mettre Libérée, délivr… », je quitte les lieux. Désolé de claquer l’ambiance.

Plus d’informations ? Envie de réserver ? Consultez donc cet internet de fort bon aloi et l’événement Facebook ici.

Commentaires

messages