Chef d’oeuvre poétique et fantastique, l’Histoire sans fin (Never Ending Story) a marqué un sacré paquet d’enfance. Il est plus que temps de faire découvrir ce film à notre progéniture.

La vie de Bastien n’est pas de tout repos, elle est tourmentée par les petites frappes de sa classe. Dès qu’il en a l’occasion, le pré-ado se rend chez le libraire du coin, échoppe tenue par un vieil homme. Ce dernier l’avertit de la dangerosité d’un livre ancien peuplé de créatures extraordinaires… que Bastien va, bien évidemment, « emprunter ». Réfugié dans le grenier de son école, il commence à lire le manuscrit et se retrouve téléporté dans les terres magiques de Fantasia, contrée menacée de destruction et à la recherche d’un héros.

Cette merveille réalisée par Wolfgang Petersen (adaptée du roman allemand Die unendliche Geschichte – ça fait moins rêver) est sortie en 1984. L’Histoire sans fin demeure encore aujourd’hui un objet de fascination filmique. Que nous avons découvert enfant et qu’il est grand temps de faire découvrir à la descendance. S’il ne devait rester que 5 raisons (parmi un demi milliard) de montrer cette légende aux marmots, voici celles que nous avons retenues.

1 – Parce que rares sont les films qui arrive à offrir un aussi large panel émotionnel pour les enfants. Bien évidemment, il y a le rêve et le rire mais il y a également la tristesse (ALERTE SPOILER : on pense notamment à la scène absolument déchirante de la mort d’Artax piégé dans les sables mouvants, cette peur lorsque le jeune héros doit franchir la porte…)

2 – Parce que ce sont les enfant qui sont au centre de l’histoire. Comme dans ce film réalisé par Richard Donner, scénarisé par Chris Columbus d’après une histoire imaginée par Steven Spielberg. Ah oui, The Goonies, le seul, l’unique.

3 – Parce que c’est un film pour enfant qui met en scène l’apocalypse. Parents, rassurez-vous ALERTE SPOILER: Bastien recrée par la suite le monde à partir d’un grain de sable. Ce qui est absolument magique.

4 – Parce que les effets spéciaux restent fabuleux pour un enfant. Nos yeux d’adultes un peu pointilleux voient les limitations technologiques du passé – surtout lorsque l’on redécouvre cette merveille en haute-définition. Mais sur eux, la magie n’en finit plus de faire son œuvre.

5 – Parce que Falcor ! Parce qu’on ne peut pas imaginer meilleur ami pour un enfant qui, après avoir volé un livre, file se cacher dans un grenier pour le bouquiner tranquillement.

A partir de 7 ans. Visible ici, ici ou encore là .

La bande-annonce en version originale de l’Histoire sans fin

Jean-Charles Lavégie

Commentaires

messages