Depuis 2011, les kids ont aussi le droit de participer au festival des musiques indies Nuits Sonores. Véritable fiesta dans le fiesta, Mini Sonore propose au moins de 12 ans de faire quasiment comme les grands. Comprendre : en prendre plein les yeux, boire des jus avec les copains, s’éclater. C’est 100% gratuit, et sur inscription. Du 5 au 7 mai – en parallèle de Nuits Sonores – l’édition 2016 se déroulera dans les magnifiques jardins du Musée des Confluences. En cas d’intempéries, les organisateurs ont prévu d’installer les différents ateliers et autres animations sous des dômes à l’architecture futuriste (rappelant celle de l’imposant édifice voisin). Chaque dôme aura sa thématique : musique, création et multimédia. Justement, la programmation, parlons-en.

Comme les grands, mais en plus marrant

Au menu : des DJ set world music signés Gangpol en collaboration avec le collectif tangerois Mémoires d’Avenir et leurs percussions gnawas, une boom interactive, des créations de masque, de parties de flipper numérique et customisable, des ateliers « fabrique ton jeu vidéo », de la sérigraphie, de la bricole en animation stop-motion, du montage de films rigolo… Sans oublier des chaises musicales dont la playlist est concoctée par les programmateurs de Nuits Sonores, un chamboule-tout où l’on défonce les plus pénibles stars de l’histoire de la musique, un bar à sirops yummy, une mini-radio mise en place pour nos gentils collègues de RTU Lyon, du coloriage magique signée par l’excellent magazine Kiblind ou encore un Gifomaton (c’est comme un photomaton mais on rentre chez soi avec un gif animé).

Soyez sur le coup, les inscriptions à Mini Sonore débutent le 14 mars (du 5 au 8 mai, de 4 à 12 ans). Monsieur Simon vous réserve une chouette surprise. En effet, le 8 mai, il coorganise avec Nuits Sonores, le concept store rétro-gaming Game Spirit et l’UFCV le versant Mini Sonore du Sunday Park, événement de clôture du festival. Rassurez-vous, nous n’allons poster placidement vos marmots devant des écrans pour que papa-maman puissent se la donner grave. On en dit pas plus, on en reparle vite.

Crédit photo : youcantbuybuy

Commentaires

messages