Non content d’être un auteur de bande-dessinée surdoué, Boulet est également un garçon à l’imagination débordante et communicative. En effet, il a créé un jeu baptisé Hybrides. Pour y jouer, vous aurez besoin d’une grande feuille de papier, un dé et d’une satanée dose d’imagination.

« Dis, ça donne quoi si on mélangeait une poubelle et un corbeau ? » Un pourbeau quelle question. En partant de cette interrogation juvénile (somme toute légitime), l’auteur de bande-dessinée Boulet (Womoks, Raghnarok, Notes) a tricoté un jeu à tester avec les marmots, baptisé Hybrides. Le but ? Mélanger deux choses qui n’ont pas vocation à créer la bête céleste la plus crédible. Mais plutôt la plus drôle.

Nounours zombie

Les règles d’Hybrides sont simples (encore fallait-il y penser). Munissez-vous d’une grande page blanche sur laquelle vous allez dessiner une grille de 6×6. En abscisse, dessinez six bestioles ou trucs. L’enfant décide de sa nature : « nounours, zombie, soldat, voiture etc… ». En faire de même en ordonnée. Jetez deux fois le dé, et dans la case correspondante, on dessine l’hybride ainsi obtenu « du genre nounours zombie, soldat voiture etc… ». Si vous tombez sur une case blanche, dessinez l’hybride et gagnez 1 point. Si la case es déjà dessinée, donnez le point à l’auteur du dessin.

Bouletcorp

Une fois 12 cases de la grille remplies, passez en mode « mort subite ». Lancez le dé par deux fois. Si la case est blanche, gagnez deux points. Si la case est déjà prise, le point va à l’auteur du dessin et on dessine sur une case vide de son choix. Une fois la grille totalement remplie, comptez les points et admirez l’oeuvre d’art collective. Hybrides est jouable de 7 à 77 ans – à partir du moment où l’on sait un chouilla tenir un crayon et griffonner quelque chose de gentiment figuratif.
Boulet n’en est pas à son coup d’essai niveau jeu à forte dose de fun. En effet, il a également créé le Bouletmaton « générateur d’avatars de qualité supérieur ». Vous aussi, caricaturez vos amis, membres de la famille, N+1 et pourquoi pas le maître d’école.

 

Crédit photo : Bouletcorp.

Commentaires

messages